Depuis plus de dix ans, les parents d’élèves et les citoyens font état de problèmes récurrents entre les conducteurs et les élèves dans les bus scolaires du bassin de Pont à Mousson.

Monsieur Margouët, directeur de l’entreprise Dupasquier, exploitante des lignes de transports en commun, s’était engagé à régler les problèmes techniques et les problèmes avec les clients.

La communauté de communes est l’autorité organisatrice de la mobilité (AOM) et, à ce titre, est responsable des transports urbains et des transports scolaires sur le territoire intercommunal. L’entreprise Dupasquier est titulaire d’un marché public de services. Elle doit respecter les clauses de ce marché public.

Les élèves des collèges et des lycées ont droit à un aller/retour gratuit par jour à condition d’emprunter les bus scolaires à certaines tranches horaires. Ce service est financé par le budget de la communauté de communes, elle-même subventionnée partiellement par le conseil départemental.

Quel est le problème principal depuis plus de dix ans ?

Un problème technique récurrent persiste depuis plusieurs années sur le système (logiciel, matériel, billettique ?) embarqué dans les véhicules qui ne « reconnait » pas toujours la carte de transports des élèves. Aussi, un voyant rouge s’allume au passage de la carte devant la borne. Malgré une intervention par l’entreprise Dupasquier sur ce système en 2016, les problèmes persistent. Quelques élèves ont probablement des cartes défaillantes mais, dans la grande majorité des cas, les élèves et leurs parents sont de bonne foi.
Lorsque le voyant passe au rouge, les conducteurs demandent aux élèves de payer 1€ pour effectuer le voyage pour aller ou revenir de leur établissement scolaire. Parfois, certains conducteurs ne délivrent pas de ticket en échange du paiement de 1€ ce qui, vous l’imaginez, laisse libre court à tous les fantasmes.

Lorsque l’élève ne peut pas payer le voyage, le conducteur le laisse à l’arrêt, sur le trottoir, quelles que soient l’heure, la météo et la distance à parcourir ! L’enfant doit alors rentrer chez lui par ses propres moyens. Ces faits nous ont été relatés par de nombreuses sources différentes et concordantes.

Cette situation est particulièrement choquante sachant qu’elle dure plusieurs années.

Nous sommes face à un problème de sécurité et de rupture du principe d’égalité devant le service public.

Accompagnés de quelques parents d’élèves, nous avons rencontré l’Est Républicain le 05/02/2018.

Une demande de rendez-vous a été envoyée au président de la communauté de communes le 06/02/2018 à qui nous demandons :

 – de faire appliquer strictement les clauses du marché public de « transports scolaires » à son prestataire de services, l’entreprise Dupasquier pour 

 o ne laisser aucun élève sur l’espace public et ne pas réclamer d’argent aux élèves    

 o fiabiliser son système d’exploitation,         

– d’accorder « un aller/retour gratuit par jour pour tous les élèves quel que soit le bus emprunté et l’horaire de passage 

Avec le soutien de la communauté scolaire et la mobilisation des parents d’élèves, nous restons bien évidemment déterminés à régler ce problème qui n’a que trop duré.
Parents, ne vous résignez pas à payer sans rien dire, témoignez, mobilisez-vous et rejoignez l’action citoyenne en cours. »

Les Mussitoyens