L’Est Républicain (édition du 21 juin) évoque une extension de la gravière située à 200 m de la ville près du quartier du Breuil à Pont-à-Mousson pour permettre la création d’un bassin d’entraînement d’aviron.
Le journal de la ville de Pont à Mousson (édition de juin 2017, page 6) confirme la création d’un bassin d’aviron dans les gravières sans préciser si une extension de celle-ci est envisagée. Dans ce même numéro du journal municipal, on peut y lire (toujours page 6), que « la ville est amie de la Nature » !

Les Mussitoyens sont très attachés à la qualité de vie de nos concitoyens et au respect de notre environnement. C’est pourquoi, vous comprendrez notre stupéfaction à la lecture de ces deux articles.

Depuis plusieurs décennies, notre territoire et nos paysages sont défigurés par des gravières exploitées sans souci de l’environnement et sans réelles mesures compensatoires. Le remblaiement des gravières n’est pas réalisé dans les règles de l’art puisqu’aucun matériau de substitution n’est apporté sur le site en compensation des volumes extraits. La conséquence, vous la connaissez, ce sont ces centaines de trous d’eau dans la vallée de la Moselle.

Dans ces conditions, nous trouvons particulièrement choquant d’envisager, la création ou l’agrandissement de gravières.

Les Mussitoyens souhaitent savoir si le conseil municipal et le conseil communautaire ont été informés et s’ils ont délibéré sur ce projet.

Les activités humaines, qu’elles soient sportives ou non, doivent intégrer une approche environnementale plus sobre et plus respectueuse de la biodiversité, cette dernière étant en danger d’extinction dans de nombreux endroits de la planète en raison de projets dévastateurs.
Les citoyens ne peuvent plus accepter qu’un projet détruise notre environnement, et surtout pas pour une activité sportive. Cette décision n’est pas responsable.

Nous tenons à préciser que nous ne sommes pas opposés au club d’aviron, ni à ses projets. Nous nous entretiendrons avec l’association « Société Nautique » pour apaiser les éventuelles inquiétudes et pour trouver, avec eux, s’ils le souhaitent, des solutions adaptées à leurs projets.

Notre bassin de vie a besoin d’une politique environnementale diamétralement opposée.
Nos concitoyens attendent de leurs élus, des orientations beaucoup plus respectueuses de leur cadre de vie. Ils n’acceptent plus cet héritage désastreux qui est promis aux futures générations.

D’ailleurs, l’arsenal réglementaire national s’est considérablement durci depuis 2016, justement pour pallier la gouvernance « indélicate » de certains porteurs de projet. La réglementation a pour objectif de supprimer ou de réduire l’impact environnemental des projets, plans ou programmes (loi du 08/08/2016, ordonnance du 03/08/2016, décret du 11/08/2016, décret du 31/08/2016, ordonnance du 02/02/2017 et décret du 25/04/2017).

C’est dans cet état d’esprit que les Mussitoyens suivront l’évolution de ce projet en lien avec les autorités administratives (Ministère de l’Écologie, Préfecture, DREAL, etc.) et en partenariat avec d’autres associations.

Les Mussitoyens.